Smartphones et tablettes au service des jeunes médecins

14 mar 2016
medecin-et-smartphone

C’est un fait nous vivons dans une société de plus en plus connectée. Smartphones, tablettes et ordinateurs font partie intégrante de notre quotidien. Quasiment indispensable pour certains, ces supports numériques sont devenus de véritables outils de travail. Des outils qui ont su se faire leur place, notamment dans le milieu de la santé et plus particulièrement auprès des jeunes médecins.

En effet, d’après une enquête réalisée par le Lab e-santé avec MedPics, Stagium, l’Association nationale des étudiants en pharmacie (ANEP) et le Moniteur des pharmacies, 99% des jeunes médecins ou étudiants possèdent un smartphone et 77% une tablette. Parmi eux, 94% utilisent ces supports pour les accompagner dans leur pratique professionnelle. La plupart du temps pour rechercher un complément d’information via une application de santé ou un réseau social.

Les jeunes praticiens ouverts aux objets connectés
D’après cette même étude, le web et les applications mobiles deviennent des outils précieux pour accompagner les jeunes médecins dans la prescription d’un traitement, ou la résolution d’un cas difficile. 70% d’entre eux consultent des sites d’actualités médicales et des sites d’institution de santé et 87% consultent des bases de données médicamenteuses.

Des chiffres révélateurs d’une transition digitale, s’appliquant avec les nouvelles recrues, au domaine de la santé.
Pour preuve le terme e-santé s’intègre peu à peu dans notre vocabulaire. Ce mot, apparu il y a déjà quelques années avec la démocratisation d’internet, s’est pendant longtemps cantonné aux sites et forums médicaux. Des sites dont la fréquentation dénote l’engouement des Français pour la recherche et l’échange d’informations médicales. Doctissimo, le principal portail de santé francophone, se classe à la douzième position des sites les plus consultés d’internet. Sur Twitter, le nombre de conversations liées à la santé s’est accru de manière spectaculaire ces deux dernières années. Autant de plateformes, dédiées dans un premier temps au patient, qui s’ouvrent à présent aux besoins plus pointus des praticiens.

Des jeunes praticiens qui sont aujourd’hui prêts à prescrire des objets connectés à leur patient. En effet, 25% d’entre eux ont déjà prescrit ou conseillé un objet connecté ou une application mobile de santé. Et ils devraient être 78 % à le faire en 2020.
59 % des étudiants en médecine et des jeunes praticiens pensent que la santé mobile et connectée peut être porteuse de « bonnes choses ». 44 % pensent que cela peut améliorer les relations médecins patients. Autant de témoignages démontrant l’ouverture des jeunes médecins aux technologies.

Sources:
www.lequotidiendumedecin.fr
www.business-crunch.com

Comptabilité Médicale à Bordeaux et en Gironde © 2017 mentions légales - plan du site Site Internet par KN'Design